2019 : une année riche en événements !

Une quarantaine de salons littéraires, des conférences, la fin de mon job alimentaire, de superbes rencontres...

Du côté de ma vie d'écrivain, l'année qui vient de s'écouler n'a pas manqué de bonnes nouvelles !

Paradoxalement, 2019 a également été marquée par un contexte politique, environnemental et social insupportable.

Engagée contre les injustices du plus profond de mon être, je n'ai pu que me sentir impactée par les luttes sociales de notre pays.

Je me suis impliquée dans les manifestations, les débats, les projets citoyens...

Et ce n'est que le début d'un long combat.

Voici un petit bilan de cette année aussi singulière qu'enrichissante.

Salons du livre

Vous avez peut-être déjà pu lire le compte-rendu des huit premières séances de dédicaces de l'année. Désormais, je participe à bien trop d'événements littéraires (une quarantaine en 2019) pour pouvoir vous faire un topo détaillé... D'ailleurs, vous lire le récit de mes dates de dédicaces ne vous apporterait pas grand chose.

Le plus important, c'est de savoir que cette année encore, j'ai A-DO-RÉ rencontrer mes lecteurs. J'ai eu la chance de parcourir la France et de partager de beaux moments avec mes collègues auteurs, à l'occasion d'événements aussi nombreux que variés. J'ai notamment participé à des festivals médiévaux et dédiés à l'imaginaire (tels que Le Temps des Chimères au Puy-en-Velay, Echos et Merveilles à Bruguières, le Festival du Tonnerorois à Ravières ou le Festival Médiélivres de Souvigny), à de petits salons régionaux (Prades, Boën, Dorat, Montbrison, Sainte-Florine, Monistrol-sur-Loire, Léotoing), mais également à de très grands salons du livre (Livre Paris, le salon fantastique de Paris, la Fête du Livre de Saint-Etienne, Cosne-sur-Loire).

J'ai aussi eu la chance de participer à des événements insolites tels qu'une séance de dédicaces dans un pub (Au Bureau à Villars), ou dans le cadre d'une expo-vente d'artistes (à Boisset). J'ai pu présenter publiquement mes livres (je pense au Salon de Saint-Germain-Laprade et à celui de Landos) et j'ai également vécu la plus courte séance de dédicaces de ma vie : au Festival Charivari à Billom, une véritable tempête s'est abattue sur tous les stands seulement une heure après l'ouverture... J'ai aussi pu échanger avec mes lecteurs au sein de magasins (Biocoop à Aiguilhe et le centre Cora à Lempdes). L'été, j'ai participé au marché de Coubon, ainsi qu'au marché artisanal du camping de Brives-Charensac.

Comme chaque année, j'ai terminé ma tournée avec des marchés de Noël : l'ambiance de ces événements me plait tout particulièrement, et j'ai toujours du mal à sélectionner mes communes. Cette année, mon choix s'est finalement porté sur les marchés de Noël de Beaulieu, Yssingeaux, Chenereilles et Coubon.

Conférences et festivals engagés

Comme dit précédemment, du fait de l'actualité dense de ces derniers mois, je me suis naturellement impliquée dans les luttes sociales. Dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, dont je fais partie, j'ai donc participé à plusieurs conférences, en plus des multiples manifestations auxuelles j'ai pris part. Au Puy-en-Velay, j'étais accompagnée par Philippe Pascot, Hakim Löwe et François Boulo, et j'intervenais en tant que citoyenne pro-convergence (revoir la vidéo ici).

À Avignon, dans le cadre de l'université citoyenne, j'ai co-animé différents débats, notamment sur l'union avec les écologistes et l'avenir de la lutte pour l'environnement, aux côtés de Priscillia Ludosky et divers acteurs de la lutte pour la justice sociale et la préservation de l'environnement.

J'ai également tenu un stand de livres au Village Vegan du Puy-en-Velay, où j'ai pu échanger avec les visiteurs au sujet de la cause animale. À cette occasion, je reversais une partie de mes recettes au collectif Animalistes 43.

Médias et communication

Promouvoir ses livres, qu'on le veuille ou non, passe aussi par les médias. En parallèle, ma position de militante écologiste, gilet jaune et antispéciste a fait que des journalistes m'ont invitée à m'exprimer ici et là. J'ai toujours accepté, du moment qu'on me donnait la parole et que je pouvais dire ce que j'avais à dire.

On m'a beaucoup reproché d'être intervenue sur des médias idéologiquement opposants. Comme j'ai déjà répondu, j'estime que discuter avec des opposants et s'adresser à un public qui ne pense pas comme soi est une chance, justement. Alors je ne sais pas si j'ai réussi à convaincre ou à faire changer des avis des gens aux idées divergentes, mais au moins je suis toujours restée moi-même.

Ma plus belle intervention médiatique de 2019 a sans douté été ma participation à l'émission culturelle "Interdit d'Interdire", dans laquelle j'ai pu présenter mon roman "Les Ephémères sont éternels". Vous pouvez d'ailleurs retrouver l'ensemble de mes passages dans les médias ici.

Dans le courant de l'année, j'ai également subi les conséquences de l'exposition médiatique. Des chasseurs ainsi que des antifascistes m'ont prise en grippe et ont fait pression sur la rédaction du Monde Libertaire pour lequel j'étais chroniqueuse bénévole. Ils ont utilisé mon contexte familial et des faux arguments (à vous de juger avec ma lettre ouverte et le communiqué de presse du journal) pour demander mon éviction, ce qu'ils ont obtenu. Un comble !

Malgré cet épisode, j'ai rebondi et j'ai désormais bien d'autres projets. J'estime qu'on ne peut passer outre ce genre d'ennuis dès lors qu'on dérange.

En fin d'année, j'ai eu la surprise de recevoir le prix spécial du jury Fondcombes 2019 pour mon troisième roman. Un coup de boost pour mon avenir littéraire !

Lancement de mon activité à plein temps

Fin septembre, j'ai eu l'opportunité d'avoir recours à une rupture conventionnelle. J'ai donc pu quitter mon emploi alimentaire et bénéficier des allocations chômage. Les auteurs n'ayant pas droit au statut d'intermittent, c'était ma seule option pour me dégager du temps pour écrire, et tenter d'élargir mon réseau de contacts. Mon attaché de presse et ami Sébastien Lelièvre, rencontré cet été, m'a d'ailleurs énormément aidée dans ma communication.

Je rappelle, pour ceux qui en douteraient, qu'avec ds droits d'auteurs avoisinants les 10% du prix de vente, seulement 10% des auteurs français vivent de leur art. On écrit donc par passion, avant tout.

Avant une potentielle nouvelle réforme gouvernementale qui réduirait de force le nombre de chômeurs (je m'attends à tout), j'utilise donc ce temps précieux et limité à deux ans pour écrire et promouvoir mes ouvrages, tout en continuant ma lutte contre les injustices (je ferai prochainement un petit texte à ce sujet). Côté écriture, j'ai terminé mon quatrième roman (prévu pour avril 2020) et je m'apprête à me lancer dans la rédaction d'un essai et d'un thriller un peu déjanté.

J'ai également signé pour une collaboration tout à fait enrichissante : un ouvrage collectif alliant photographies et textes.

 

L'année 2020 s'annonce au moins aussi intéressante !!

salon du livre auteure dédicaces écrivain azelma sigaux gilets jaunes écologie médias prix fondcombes

Ajouter un commentaire