Racisme et violences policières : regarder le problème en face

Racisme et violences policières : regarder le problème en face

source : https://rev-parti.fr/racisme-et-violences-policieres-regarder-le-probleme-en-face/?fbclid=IwAR3NG0UPZXdAALwtjF_bnnXEw3UuR3ExE3LrgN0RebHkToEoUx0_GLZsUHE

Chronique d’Azelma Sigaux, écrivain, pour la REV

Ces derniers jours, la discrimination raciale et les violences policières ont ressurgi au cœur des débats. En cause : les récents propos de la chanteuse Camélia Jordana, suivis du décès de George Floyd aux États-Unis. Alors que le premier a suscité des réactions publiques parfois plus que tendancieuses, le second a entraîné des hommages, des émeutes, des manifestations et paradoxalement, de nouveaux épisodes de répression. Mais ces épisodes sont avant tout l’occasion de se pencher sur des questions vieilles comme le monde, et plus internationales, globales ou locales qu’on ne le pense.

Il est interdit d’avoir peur

« Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic et j'en fais partie »[1], lance Camélia Jordana sur le plateau de On n’est pas couchés sur France 2, le 23 mai dernier. Elle ajoute que les personnes victimes de violences policières en banlieue du fait de la couleur de leur peau « est un fait ». Ce qui aurait pu être considéré comme un simple témoignage fait l’effet d’une bombe, révélant ainsi le tabou qui subsiste. La peur de la police, la réalité des violences policières et de la discrimination raciale ne sont pas encore admis par tous.

Ainsi, les réactions ne se font pas attendre. À peine douze heures plus tard, le ministre de l’Intérieur en personne déclare sur son compte Twitter : « Ces propos mensongers et honteux alimentent la haine & la violence. Ils appellent une condamnation sans réserve »[2]. Syndicats de police, personnalités : nombreux sont ceux qui montent au créneau pour réfuter les propos de la jeune femme. D’autres préfèrent alors attaquer personnellement la chanteuse, en la traitant de « bobo », de « bourgeoise », ou pire encore. Comme si avouer sa peur de la police équivalait à une menace de mort. Un comble.

Bientôt, le « camp » opposé se fait également entendre : des témoignages bouleversants de victimes de discrimination raciale et de répression policière inondent les réseaux sociaux. Une brèche s’ouvre entre deux réalités parallèles.

Toujours pire ailleurs

Le 25 mai, George Floyd meurt lors d’une interpellation violente à Minneapolis aux États-Unis, malgré ses appels à l’aide enregistrés par la caméra qui le filmait. Une goutte d’eau qui relance la colère de la population afro-américaine dans un pays où le racisme n’est plus à prouver, la nation ayant été bâtie sur la colonisation et l’esclavagisme. Mais alors que les émeutes et la répression policière, encensée par le gouvernement, prend de l’ampleur outre-Atlantique, la France s’émeut. Comme si, la scène se passant ailleurs, le pays pouvait s’autoriser à compatir. Or, ce genre d’événement a lieu à peu près partout, régulièrement, y compris en France. Le collectif de soutien à Adama Traoré, décédé dans des circonstances similaires en 2016, saute sur l’occasion pour le rappeler, et organise un grand rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de 20000 personnes rejoignent alors le cortège en la mémoire du jeune homme, mais également contre les violences policières et le délit de faciès[3].

Dans les médias, à nouveau, des personnalités publiques et des journalistes se bousculent pour minimiser la réalité du racisme au sein de la police, et du racisme tout court. C’est le cas notamment d’Eric Zemmour, qui comme à son habitude, n’a pas hésité à nier l’évidence par des statistiques trompeuses : « Les chiffres américains révèlent que les Noirs sont d'abord tués par les Noirs, à 97% »[4], dit-il sur CNews. « Les Blancs ont deux fois plus de chance d'être tués que les Noirs. 80% des Blancs sont tués par des Noirs alors que les Noirs sont tués essentiellement par des noirs ». Ces chiffres, lancés par Donald Trump, ont largement été discrédités. Mais les mots sont tout de même prononcés, et dans cette époque de zapping perpétuel, beaucoup préfèreront retenir ces tentatives de diffamation plutôt que les preuves du contraire.

La vivacité des réactions autour des derniers événements, à la télévision comme sur les réseaux sociaux, met en évidence un phénomène manifeste : il est essentiellement question de transformer la réalité, et de déplacer le problème. Car c’est toujours plus facile de se dire que le souci se trouve ailleurs plutôt que de se remettre en question.

Fermer les yeux devant l’innommable

Se focaliser sur le racisme américain, c’est rester aveugle face à la discrimination raciale qui s’opère au quotidien sur les plateaux de TV bien franchouillards, dans les entreprises ou même dans les lieux publics. Pourtant, les études ne cessent de nous le rappeler : le Défenseur des droits Jacques Toubon déclare par exemple en 2017 que les hommes « perçus comme noirs ou arabes » ont « une probabilité 20 fois plus élevée que les autres d'être contrôlés » par la police française[5]. S’étonner lorsqu’une équipe de CNN se fait arrêter par la police à Minneapolis, c’est rester sourd aux nombreux témoignages de journalistes blessés ou interpellés par les forces de l’ordre, lors des manifestations de gilets jaunes.

 L’Humain a décidément tendance à regarder la brindille dans l’œil du voisin, plutôt que la poutre dans le sien. Cela me fait penser à ceux qui s’insurgent devant les élevages de chiens à viande en Chine, sans s’intéresser aux conditions lamentables des poules et cochons dans les élevages industriels français. Ou à ceux qui critiquent la politique environnementale chinoise, sans même s’interroger sur celle de notre propre pays. Idem pour la gestion de la crise sanitaire : il est plus facile de pointer du doigt le peuple indien, si nombreux et précaire que le confinement n’a pas toujours été bien respecté, plutôt que de s’interroger sur le manque de masques dans l’une des plus grandes puissances du monde.

Le racisme, une façon comme une autre de se diviser

La lutte contre le racisme est longue et laborieuse. C’est également le cas pour les autres formes de discrimination, qu’elles soient sexuelles, religieuses ou même économiques. Ceci ne s’explique pas seulement par le caractère inné et la tendance naturelle de l’humain au jugement de l’autre – d’ailleurs cela reste encore à prouver. Non, si en 2020, la tolérance et l’acceptation de l’autre sont toujours si compliquées à appliquer, c’est parce que la division populaire reste l’arme préférée des gouvernements.

« Diviser pour mieux régner » n’est pas qu’un adage, il se vérifie chaque jour. Les injustices sociales, fiscales et juridiques, les amalgames et les généralités, les accusations infondées : toutes ces méthodes relayées par les grands médias et politiciens permettent de fractionner les Hommes entre eux. Cela crée une hiérarchie au sein même de la population, ainsi que des émotions telles que l’envie, la haine ou la compétition. Pendant que les gens s’insultent et se battent, pendant que la police violente le peuple et que celui-ci développe une détestation envers les forces de l’ordre, les puissants peuvent continuer à abuser de leurs électeurs. À tirer profit des Hommes, mais également de l’ensemble des ressources de la planète, êtres vivants inclus. L’esprit de division est tel que l’Humain ne se considère plus comme un animal. Le spécisme, qui consiste à hiérarchiser les animaux, reflète l’extrémité de cette situation absurde. La discrimination a atteint un tel paroxysme, que l’être humain s’est déconnecté de sa condition première, et de son lien avec le reste du Vivant.

Alors plutôt que de se concentrer sur nos impairs, ne serait-il pas temps de renouer avec nos pairs ? Les points de convergence entre les habitants de cette planète ne manquent pas, à nous de les regarder en face.

Ajouter un commentaire